Inch'Allah - Gilbert Sinoué



En deux mots

Quelles sont les racines du conflit qui ont plongé le Moyen-Orient et l’Occident dans les affrontements que nous connaissons aujourd’hui? Terrorisme, guerres meurtrières isralo-palestiniennes, Printemps Arabes et effondrement de l’Irak et de l’Afghanistan, l’ensemble de ces événements récents est à chercher dans la déclaration de Balfour de 1917 qui donne la bénédiction de l’Angleterre à la création d’un foyer juif en Palestine ainsi que dans les accords secrets de Sykes-Picot qui prévoient la division de la région entre la France et l’Angleterre à l’issue de la Première Guerre mondiale.


Inch’Allah se propose de conter l’histoire de quatre familles aux origines diverses - égyptienne, israëlienne, palestinienne et irakienne - dont les destins vont se croiser au cours d’une période qui s’étend de 1917 à 2001 et vivre les bouleversements provoqués par les deux accords cités plus haut. C’est donc une vaste fresque de la situation moyenne-orientale que se propose de dépeindre l’auteur à travers ses personnages animés d’une conscience nationale en ébullition. Du massacre de Deir-Yassine à la nationalisation du Canal de Suez en passant par l’avènement de l’état d’Israël et la consécration de Saddam Hussein, les protagonistes tentent chacun de préserver les valeurs qui leur sont chères tout en poursuivant leurs destins propres : unions, désunions, naissances et deuils sont toutefois marqués de manière irrémédiable par l’histoire qui se déroule autour d’eux et dont ils sont les victimes autant que les acteurs affairés.

Et sinon, c'est bien?

Le livre de Gilbert Sinoué est ambitieux : user du roman pour transmettre au lecteur les ficelles essentielles à la compréhension des événements actuels dans une région émaillée par tant de conflits que le débutant en géo-politique ne saurait par où débuter sa quête historique. En cela, l’auteur remplit ses objectifs et l’on sort de la lecture d’Inch Allah convaincu que la source des conflits présents découle d’un siècle d’humiliations et d’ingérences occidentales sur ce territoire. Néanmoins, l’acquis de ces rudiments d’histoire contemporaine demandent au lecteur de passer nombre d’écueils auxquels se heurte le récit de G. Sinoué;

L’invraisemblable quantité de noms à assimiler tout d’abord, noms dont les consonances ne nous sont pas familières. Il faudra que le lecteur s’arme de patience durant les cent premières pages afin de parvenir à saisir avec aisance l’identité des différents protagonistes.

La maladresse dans l’élaboration d’une histoire romancée autour de ces événements ensuite : les dialogues sont lourds, stéréotypés et servent grossièrement à former le lecteur aux situations présentées; les personnages manquent de réalité, de relief et d’ampleur, les portraits sont déséquilibrés: certains sont dépeints en détail et d’autres à peine élaborés. Enfin si l’on constate une véritable volonté de transformer les personnages du livre en enseignants actifs de l’histoire, il semble que dans la seconde partie l’auteur se soit résigné à les utiliser de façon sporadique, transformant de ce fait son ouvrage davantage en essai sur les guerres fratricides des états de la région qu’en roman historique.






* les explications des symboles ci-dessus se trouvent dans l'onglet "symboles quoiquequi" de la page principale du blog

#MoyenOrient #ProcheOrient #Politique #Société

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon