📚 Allilalu // Les Furtifs - Alain Damasio




En deux mots


Nous sommes en 2041. Nos villes ont Ă©tĂ© rachetĂ©es par les grandes compagnies commerciales telles que Orange, LVMH ou NestlĂ©. Chaque citoyen y paye le statut - standard, premium ou privilĂšge - que lui permet son porte-monnaie. Rues, parcs, places, immeubles ont Ă©tĂ© privatisĂ©s et leur accĂšs dĂ©pend du type d’abonnement auquel l‘habitant a souscrit. L’existence se dĂ©roule dans des technococons sur-mesure dans lesquel toute forme d'interactions avec l’Autre a Ă©tĂ© attĂ©nuĂ©e, lissĂ©e, supprimĂ©e au profit d’une sĂ©rĂ©nitĂ© totale, dĂ©barrassĂ©e des interfĂ©rences indĂ©sirables du quotidien. Cette enveloppe protectrice faite de contenu ciblĂ© et de rĂ©alitĂ© augmentĂ©e est tissĂ©e Ă  partir des donnĂ©es personnelles gĂ©nĂ©rĂ©es par l’usage des technologies de pointe. Nous sommes parvenus Ă  cette aspiration commune d’une sĂ©curitĂ© sans trĂȘve ni faille. Mais le prix Ă  payer de ce confort moderne est lourd : la libertĂ© de disparaĂźtre n’existe plus. Chaque trace auditive, visuelle ou mobile est enregistrĂ©e, scannĂ©e et rĂ©gurgitĂ©e afin d’amplifier et de nourrir une consommation omniprĂ©sente.



Lorca et Sahar vivent Ă  Orange. Leur couple n’a pas survĂ©cu Ă  la disparation mystĂ©rieuse de leur fille Tishka dont le destin tragique ne fait aucun doute. Pourtant, Lorca refuse l’évidence ; il est persuadĂ© que Tishka a rejoint une communautĂ© secrĂšte, inconnue du grand public, protĂ©iforme et qui Ă©chappe aux radars des technologies contemporaines : les Furtifs. Pour retrouver sa fille, il s’engage dans l’unitĂ© d’élite de l’armĂ©e chargĂ©e de chasser ces Ă©tranges crĂ©atures afin de mieux les Ă©tudier. Mais les Furtifs existent-ils rĂ©ellement ? Sous prĂ©texte d’apprĂ©hender une forme de vie encore inconnue, l’armĂ©e ne cherche-t-elle pas Ă  dĂ©velopper ses nouveaux outils de surveillance et d’écraser les derniers bastions de rĂ©sistance qui Ă©chappent encore Ă  son Ɠil intrusif ?




Et sinon, c'est bien?


Thinkerview


J’ai dĂ©couvert le nouveau livre d’Alain Damasio suite Ă  l’écoute d’un podcast de Thinkerview auquel l’auteur Ă©tait invitĂ© en avril 2019. Il y aborde durant deux heures les thĂšmes Ă  la base de son roman : une sociĂ©tĂ© de traces dans laquelle les donnĂ©es produites par les utilisateurs du net viennent nourrir le capitalisme contemporain d’un flux continu et dĂ©lĂ©tĂšre. Il nous parle aussi du repli sur soi, de l’aspiration Ă  la sĂ©curitĂ© au dĂ©triment de la libertĂ©, de la fabrication de la pensĂ©e unique ou encore du divertissement continu et du dĂ©sinvestissement politique et social qui l’accompagne. J’avais Ă©tĂ© vivement frappĂ©e par la verve du personnage et sa pensĂ©e originale sur des sujets qui m’interrogent depuis longtemps. Je me suis donc procurĂ©e trĂšs rapidement son dernier-nĂ© littĂ©raire.


Boum.


Le livre de Damasio n’est pas grandiose : il est vertigineux, c’est une claque de qualitĂ© privilĂšge dans la face. L’auteur fait siennes les notes qu’il a compulsĂ©es sur notre sociĂ©tĂ© depuis 10 ans et nous livre un roman abouti qui n’a Ă  rougir d’aucune faiblesse tant en matiĂšre de narration que de philosophie sociale. Les rĂ©cits dystopiques contemporains montrent souvent un dĂ©sĂ©quilibre entre l’une ou de l’autre de ces disciplines ce qui crĂ©e toujours chez moi un sentiment plus ou moins fort de frustration et d’inaboutissement. Avec les Furtifs, Damasio nous embarque immĂ©diatement aux cĂŽtĂ©s de Lorca et Sahar en un aller-simple immĂ©diat. C’est un roman qui se lit sous apnĂ©e accompagnĂ© d’une tension jubilatoire qui explose petit Ă  petit jusqu’à faire frĂ©mir votre quotidien de ses ondes perturbatrices. Damasio est donc un conteur magistral qui manie avec brio l’art du rĂ©cit : ses personnages sont solides, saisissants dans leur complexitĂ© et leur originalitĂ© propre. L’action haletante alterne avec des rĂ©flexions de fond sur un sujet qu’on sent maitrisĂ©, assimilĂ©, triturĂ© jusqu’à en extraire les possibilitĂ©s les plus folles.



Des LĂ©gos et des signes


Parmi les nombreuses rĂ©ussites accomplies par Damasio dans Les Furtifs, il existe deux aspects particuliĂšrement extraordinaires. Le premier rĂ©side dans la façon dont l’auteur distille les Ă©lĂ©ments nĂ©cessaires Ă  la comprĂ©hension de l’intrigue et de son nĂ©o-monde avec parcimonie mais ingĂ©niositĂ©. Les technologies inventĂ©es et les ficelles du fonctionnement de la sociĂ©tĂ© s’offrent Ă  voir petit Ă  petit et l’imagination construit progressivement les traits de la folle Babel de Damasio. Le lecteur parvient ainsi Ă  en dĂ©velopper une vision Ă  la fois micro et macroscopique de cet univers jusqu’à ce qu'il devienne tangible. L’autre rĂ©ussite indiscutable se loge le travail original menĂ© sur la langue : Damasio crĂ©e non pas une mais plusieurs novlangues. Chaque protagoniste s’exprime avec le bagage historique, culturel et politique qui est le sien et nous emmĂšne dans son monde intĂ©rieur dans un jeu de ping-pong linguistique hallucinant. C’est un roman sonore et tactile qui fait la part belle Ă  ces deux sens pour lesquels le français manque cruellement de vocabulaire. Il comble par le son des mots les lacunes de notre dictionnaire.


Enfin l’auteur ose l’art dĂ©licat de la typographie libre. Je ne suis gĂ©nĂ©ralement pas trĂšs friande d’excentricitĂ©s en la matiĂšre. A mon sens, elles mĂšnent davantage Ă  un maniĂ©risme irritant qui extrait le lecteur de l’histoire plutĂŽt que de constituer une vĂ©ritable plus-value narrative. Avec Les Furtifs, nous avons ici un roman qui fera date pour l’intelligence et l’originalitĂ© de l’usage de nos signes.



Alors, on le lit?


Les Furtifs constituent un roman majeur de ce XXIe siĂšcle tant ce qu’il a offrir fait mouche, dĂ©passe ce qui a jamais Ă©tĂ© osĂ© dans le domaine de la dystopie jusqu’à prĂ©sent. Il donne du sens aux enjeux contemporains et nous pousse Ă  nous interroger sur la maniĂšre condescendante avec laquelle on accepte l’intĂ©gration progressive des nouvelles technologies dans l’intimitĂ© de notre quotidien sans jamais leur fixer de limite morale. Je vous conseille donc de le mettre tout en haut de vos prioritĂ©s littĂ©raires des prochaines semaines.

Posts récents

Voir tout