Allilavu đź‘€ // Bilinguisme


Odilon Moon conversait fréquemment, il ne miaulait pas.

Le chat multipliait les trilles comme les oiseaux qu'il était trop pataud pour attraper. Les différentes intonations de sa voix revêtaient cent significations, toutes comprises par sa maîtresse. Elle lui tenait de longues conversations et il lui répondait souvent, choisissant dans son répertoire félin la mélodie appropriée à la confession humaine. Il en savait plus sur elle que n'importe qui d'autre au monde. Elle lui confiait dans un souffle ses plus grands secrets, ses petites hontes et ses belles victoires. Elle lui susurrait des mots d'amour : "ma tendresse, ma panthère rousse, ma poule au pot, mon tigre de salon, ma moufle d'été, mon prédateur de mouches, mon plus bel ornement, ma joliesse, mon grodilon."

Une amie lui dit un jour: "tiens, Odilon, quand il parle, il a la mĂŞme voix que la tienne."

C'était un très beau compliment. Odilon cligna des yeux, satisfait de voir reconnus ses talents d'interprète.

Posts récents

Voir tout